Quel rapport cela induit face au projet ?

Quand vous voulez faire construire une maison, l’architecte vous en présente un croquis. Puis il vous soumet des plans, des façades, des coupes, c’est-à-dire qu’il représente le volume architectural selon une décomposition en plans qui le contiennent et le divisent. […]

En effet, le plan d’un édifice n’est que la projection abstraite, sur un plan horizontal, de l’ensemble des murs, réalité que personne ne voit sinon sur le papier et dont l’unique justification provient de la nécessité, pour les ouvriers qui exécutent le travail, de mesurer les divers éléments de la construction. […]

Une fois la perspective élaborée, le problème parut résolu. L’architecture, annonça-t-on, a trois dimensions : voilà la méthode. Tout le monde peut l’utiliser. […]

Apprendre à voir l’architecture – Bruno Zevi

Les représentations numériques sont venues accentuer le fait de la projection dans un espace. La vidéo issue des 3D, la perspective numérique, sont autant de moyens supplémentaires entre la vision future d’un espace et sa réalisation.
L’arrivée du BIM (Building Information Model) apporte une couche d’autant plus importante entre la représentation, l’usage, la fabrication, l’entretien, en permettant d’insérer de l’information spécifique. L’information est à l’intérieur du processus de projet architectural. On visualise le procédé, le patron d’assemblage que doivent effectuer les différents lots. On modélise différemment, car le dessin ne passe plus automatiquement par le plan, la coupe et les élévations. Nous pouvons ainsi voir, en phase de concours, l’image 3D, l’insertion dans le site du nouveau bâtiment. La conception du projet se complexifie en donnant lieu à de nouvelles formes, comme cette structure porteuse en bois. Les plans de fabrication et de mise en œuvre étant étiquetés dans le nouveau processus de visualisation grâce au BIM.

Vue de la façade pour le nouveau PIF de l’aéroport Toulouse Blagnac – 31 (Concours)