Les frères Virebent, Toulouse, brique toulousaine, tradition
Photo d’une décoration traditionnelle en bas-relief.
Extrait de la PechaKucha n°11 (20 images en 20 secondes)

En 1831, au début de l’ère industrielle, les frères Virebent déposent un brevet. Le brevet est présenté dans un livre ; notons que l’ouvrage est exécuté sous l’ordre de Mr le Ministre du Commerce et qu’il est déposé au Conservatoire des Arts et Métiers, afin de répertorier et présenter les brevets d’inventions. Soit, 100 ans après l’encyclopédie de Diderot et d’Alembert qui, elle, avait pour objectif de cataloguer les savoir-faire. L’ouvrage décrit les machines et les procédés issus des brevets d’invention et de perfectionnement et le lien avec les importations commerciales.

Système constructif industriel © Duffau&Associés

D’autre part, signalons ici que le projet moderne en architecture a désolidarisé la partie de la structure et celle de l’enveloppe, comme la peau, les ouvertures, les cloisons des bâtiments. La préfabrication de ces éléments passe souvent par des conceptions design.

Processus de brique mis en place par Ultra Ordinaire
© Processus de brique mis en place par Ultra Ordinaire. Crédit image : Cécile Laporte et Irina Pentecouteau.

Mais aussi l’arrivée du BIM (Building Information Model) permet de venir insérer de l’information spécifique. L’information est à l’intérieur du processus de projet architectural. On visualise le procédé, le patron d’assemblage que doit effectuer le lot façade-gros-œuvre. L’objectif est de mettre en place de nouvelles briques.