Le mot cadre, de l’italien quadro qui signifie carré et du latin quadrus (carré), dérivé de quattuor qui veut dire quatre, est le terme employé en peinture comme en architecture pour désigner un objet constitué d’éléments pouvant être réalisés à partir de différents matériaux assemblés (bois, pierre, marbre, etc.) et qui forment une bordure qui entoure un tableau, une porte, ou une fenêtre. Cependant, si la définition du mot cadre qui se rapporte à l’architecture précise qu’il s’agit d’un objet qui a des fonctions techniques, puisqu’il permet de fixer la porte ou la fenêtre dans un mur, le cadre en tant qu’objet a aussi pour emploi, et c’est en cela qu’il se rapproche de la définition du cadre en peinture, de délimiter et de matérialiser un espace. Il s’agit d’un vide qui existe par les proportions et la forme que lui donne le cadre. En marquant la limite, le cadre convertit le vide en chose.[1]

[1] Faure Anne, « Le cadrage comme outil de perception : la villa Lemoîne de Rem Koolhaas. ». In Cinéma, architecture, dispositif, Elena Biserna et Precious Brown [sous la dir.], Campanotto Editore, 2011, 384 p.

 

La question du cadre a toujours été centrale en architecture, si habituellement dans le pavillonnaire on se réfère au cadre et cadrage de l’époque moderne, notamment celui mis en place par Le Corbusier. Dans bien des cas, l’esthétique entre paysage et environnement n’est pas aussi simple. Le péri-urbain par exemple, le logement pavillonnaire ne cherche pas de lien dans le jardin de son voisin, mais plus à créer de l’intimité. Les logements intermédiaires ont eu des organisations en îlot posant les questions différentes de voisinage, de terrasse plus ou moins imbriquée suivant les programmes. De même, les problèmes sont très différents pour les appartements d’immeubles qui se confrontent à des densifications plus ou moins importantes suivant la ville où l’agglomération, voir la mégapole dans lesquelles ils se situent. Quel cadre et pourquoi ? Comment cadrer ? Vers quoi ? Cadrer et cacher ? Sont les questions récurrentes de l’architecture d’aujourd’hui.